Un rapeur de pneus!

Tous les véhiculés préparés pour le désert !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 20 sept. 2019 10:39

Salut à tous,

Petit retour de cette aventure...un peu plus tôt que prévu! :pascontent:

Départ de Chamonix à 6h00 le 18 septembre après une nuit dans la voiture à coté du coté du Solex (une nuit en amoureux quoi ::d ). La sortie de la ville se passe bien direction les Houches. Et là, à la première cote plus rien, le moteur se couche 8|
J'ai passé une heure à faire des essais avant de repartir. A ce moment, je comprends que cela va être difficile avec cette configuration moteur.
La suite de la route se passe bien mais le moteur n'a pas la pèche!

Je passe Servoz, Chedde, Saint Gervais, Megève puis commence le premier morceau : le col de Saisies.
Le moteur passe bien les pentes à 5% mais après, ça se complique! La montée vers Notre Dame de Bellecombe passe, doucement mais passe.
Puis direction les Saisies et la, la pente passe à 7 et 9% par moment et le moteur ne peut pas. Donc j'ai poussé et dès que la pente redevenait plus raisonnable, je remontais sur le Solex.
A midi j'arrivais enfin en haut du Col des Saisies...fatigué après 65km et 1650m de D+ :gene:
Petite pause déjeuner puis je repars et la....un joint de culasse! Etonnant, c'est la première fois que cela m'arrive. Pas grave j'ai de quoi réparer.
Démontage de la culasse, je nettoie les plans de joints et je remarque que la culasse est complètement voilée :| :pleur4:
A ce moment je comprends que ce parcours qui s'était fortement compliqué avec ce moteur poussif va devenir impossible à poursuivre.

Je remonte la culasse avec un joint neuf et de la pâte à joint. Une fois remonté je fais demi-tour direction Chamonix et j'attaque la descente moteur relevé pour laisser la pâte prendre.
Le moteur démarre, le joint tient le coup pour le moment. Je fais quelques kilomètres puis je resserre la culasse.
Ce rafistolage tiendra le coup jusque Chamonix que je rejoins à 19h avec tout de même 950m de D+ :o

A ce moment je me rends compte que ma préparation n'était vraiment pas suffisante mais j'étais content de cet essais. Je n'ai pas eu le temps de faire des essais du moteur (tout juste 10km dans Lyon avec un passage un Fourvière) car c'était la seule période possible où je pouvais partir.

Cette première tentative m'a permis de me rendre compte de beaucoup de choses et je suis déjà entrain de préparer le V2 de cette grande boucle!
Ce moteur va évoluer pour être capable de monter les côtes à 9-10% tout comme les pièces que j'avais dans les sacoches et les affaires dans le sac à dos.

Pour la V2 je ferrai les choses différemment :
- Pas de sac à dos (juste une poche a eau pour boire)
- Pas de sacoches (je devais avoir 8kg dedans avec 5l d'essence, les outils, les pièces et un peu de nourriture)
- Le support de carte était bien mais les cartes trop petites
- Je pense faire ça accompagné d'une personne avec une voiture qui prendra le chargement et peut-être un deuxième moteur avec une configuration différente pour les partie plus roulantes et la possibilité de dormir dedans.


Voila, maintenant je vais démonter le moteur et comprendre pourquoi il était si mou!

Avatar de l’utilisateur
savina
Staff Poussières de Pistes
Messages : 3697
Inscription : 29 déc. 2008 11:26
Prenom : dominique
Sexe : Homme
Voiture : 4L en tous genres
Utilisation : 4L Trophy
Ville : Montesquieu-Volvestre
Departement : 31 - Haute-Garonne
Region : Midi-Pyrenees
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui
Contact :

Re: Un rapeur de pneus!

Message par savina » 20 sept. 2019 14:48

ah oui, ça a été court
mais si ça a aussi été instructif, c'est toujours ça de pris

en avant pour la v2
Lao Tseu a dit : "Plus le pneu est gros, plus l'obstacle est petit"
il a aussi dit : "L'avantage des discussions stériles, c'est qu'elles ne peuvent pas se reproduire". Mais des fois, il se trompe

Avatar de l’utilisateur
DELAROUILLE
Ordre des vieux sages
Messages : 5289
Inscription : 24 janv. 2009 21:25
Prenom : jean michel
Nom : chouzenoux
Sexe : Homme
Voiture : 4F4
Utilisation : 4L Trophy
Ville : OBJAT
Departement : 19 - Corrèze
Region : Limousin
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par DELAROUILLE » 20 sept. 2019 16:59

Moi je dit : "il y a des courageux " ... mais tu m'as mis la honte , demain je ressort le Solex :super:
La vidéo du Raid : http://vimeo.com/11261572" onclick="window.open(this.href);return false;
je préfère l'odeur de l'huile de boite au N°5 de Chanel ...

Avatar de l’utilisateur
takata6
Staff Poussières de Pistes
Messages : 7086
Inscription : 29 déc. 2008 11:14
Prenom : Nico
Sexe : Homme
Voiture : R4F4
Utilisation : Autres Raids
Ville : Bruxelles
Departement : Autres - Etranger
Region : Autre - Etranger
Pays : Belgique
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par takata6 » 20 sept. 2019 17:52

Génial qd même comme te tative, à suivre avec plaisir !
Fiche pense bête des pièces et outils à emporter en raid Ici ;-) : https://drive.google.com/file/d/1Mc9x2S ... sp=sharing

Avatar de l’utilisateur
la Pomme de Pin
Fou de mécanique
Messages : 876
Inscription : 19 mars 2016 12:49
Prenom : Quentin LETENEUR
Sexe : Homme
Voiture : Coccinelle de 68 et 73
Parrain présent sur le forum : Raphi
Utilisation : Au quotidien
Ville : Râches
Departement : 59 - Nord
Region : Nord
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui
Localisation : Râches (Nord 59)

Re: Un rapeur de pneus!

Message par la Pomme de Pin » 23 sept. 2019 11:35

C'est en essayant qu'on apprend !

vivement la suite =)
- Coccinelle Jus 1968 Luxe Sunroof
- Solex 3300 Léopold 1965
- Honda DAX 70 2009
- R4 F4 Bubulle 1982 trophy 2015-17 4Alpes 2018-20
- R4 1989 .. début de démarrage de commencement de restauration en cours

Avatar de l’utilisateur
lo34
Fou de mécanique
Messages : 579
Inscription : 07 mars 2013 23:49
Prenom : laurent
Sexe : Homme
Voiture : R6 rodéo
Utilisation : Restauration
Ville : pouzols
Departement : 34 - Hérault
Region : Languedoc-Roussillon
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par lo34 » 11 oct. 2019 21:43

ha oui, vivement la suite et respect pour ton courage et ténacité !

Avatar de l’utilisateur
kintax
Drogué de mécanique
Messages : 2966
Inscription : 16 oct. 2010 08:09
Prenom : David
Sexe : Homme
Voiture : 4L
Utilisation : Au quotidien
Ville : Val Thorens
Departement : 73 - Savoie
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Non

Re: Un rapeur de pneus!

Message par kintax » 12 oct. 2019 16:38

Bien joué d'avoir tenté le truc !! J'espere aller plus loin avec le miens la semaine prochaine
La 4L ne perd pas d'huile, elle marque son territoire :frime:
Image
Titinoscope : viewtopic.php?f=22&t=2797" onclick="window.open(this.href);return false;

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 10 sept. 2022 00:31

Hello à vous,
Comme j'étais resté sur un échec en 2019 dans ma tentative de tour du Mont-Blanc...et que je suis quelqu'un qui va au bout de ses idées... et bien cet hiver j'ai ressorti le moteur prévu pour ce projet.
Voila le résumé de cette aventure autour du Mont-Blanc le 14-15 juillet 2022 ;)

Récit du tour du Mont-Blanc en Solex 2022

Une semaine avant le départ
Direction Les Saisies pour faire les reconnaissances et, surtout, pour déposer à différents endroits mes ravitaillements que je passerai prendre à mon passage.
J'ai 4 ravitaillements prévus : Les Saisies - La Thuille - Aoste - Orsières
Le solex est à l'arrière de la voiture, sur place j'en profite pour faire un essai au sommet du Cormet de Roselend. Le moteur marche bien, il tire doucement. Me voilà rassuré.
A mon retour à Lyon, je découvre que le joint de culasse fuit- problème rencontré aux essais et durant la première tentative en 2019 et qui m’obligea à faire demi-tour.
Panique, c' est le 10 juillet, qu'est-ce que je fais? Dans mes cartons, j'ai un cylindre neuf d'époque et un piston FDM.
Je m'étais juré de ne pas y toucher…mais le temps presse. Je sors la dremel et le prépare pour cette aventure. Ouverture des transferts, diamètre d'admission revu, lumière d'échappement légèrement retravaillée…pas de quoi en faire une fusée, juste libérer le flux des gazs.
Tout est prêt. Lundi soir 11 juillet je démonte/remonte le moteur. Je finis à 1h du matin. Réveil 7h, ça pique mais c'est déjà comme ça depuis un mois.
Le lendemain soir sera consacré au rodage et au réglage du moteur. A 23h, je trouve enfin des réglages, le moteur tire bien en montée, je suis content. Au lit.
Mercredi 13, je me rends au travail pour la matinée. L'après-midi est consacrée aux derniers détails. Je prépare mes affaires, finalise la mécanique (changement de pneu avant, dernier graissage de chaine, fixation du support de téléphone/batterie etc)
Il est 17h45, je prends la route direction Chamonix, la boule au ventre.



Chamonix 13 juillet 2022 20h
La préparation du Solex a été très éprouvante, c'est très fatigué que j'arrive à Chamonix.  
Il est temps de finaliser les affaires pour le départ demain matin.
Je vais partir léger, très léger. Donc je n'aurai que deux sacoches à l'arrière du Solex. Celle de droite pour la mécanique, celle de gauche avec mes affaires/nourriture.
Je prépare la Marline afin de remplir le réservoir ainsi que la nourrice.
Les lumières sont fixées sur le Solex. Tout est prêt, un rapide dîner et c'est l'heure de dormir.



Chamonix 14 juillet
Le réveil sonne à 4h. Le temps de me préparer, il faut partir vers la place du Triangle de l'Amitié de Chamonix.
Il est 5h, je pousse le Solex, et c'est parti pour l'inconnu.
J'ai la boule au ventre en sachant ce qui m'attend sur le parcours. Le moteur n'est pas aussi abouti que voulu, beaucoup de problèmes durant la préparation m'ont obligé à revoir ma copie et de faire un moteur proche de l'origine.
Mais il est trop tard pour tout ça, c'est le départ, il faudra composer avec. Etre là, c'est déjà une victoire pour moi. J’en ai bien conscience.



Chamonix – Flumet - 50km 840m D+ 920D- 05h – 9h45
La première partie du parcours est plutôt plate. Rapidement je me rends compte que le moteur n'a pas la forme comme aux essais chez moi. Je prends la décision de changer bobine/rupteur. J'avais un doute, ils s'étaient déréglés tout seul quelques jours avant. C'est déjà mieux. Je repars direction les Saisies. A ce moment du parcours, je n’ai aucune confiance en la réussite de ce projet. J’ai passé de si nombreuses heures à travailler sur ce Solex que d’être en difficulté dès les premiers kilomètres me fait perdre tout espoir d’y arriver.
Ma femme, à son réveil, m’envoie un sms et me dit “ tu as 4 jours pour toi, prends le temps qu’il te faudra” et à cet instant, j’ai complètement changé d’état d’esprit et c’est remotivé à 100% que j’ai repris la route.
Le soleil se lève, la chaleur commence à monter. Je passe Saint-Gervais-Les-Bains puis je file direction Megève.
Sur la place du village, un marché se tient, la route est barrée. Je prends le contre sens avant de voir un policier plus loin. Je fais comme si je ne l'avais pas vu et coupe le moteur, le mets au crochet et je continue en pédalant.
Arrivé à sa hauteur, il me lance un "c'est le futur, vous pouvez passer du moteur au vélo comme ça?!"
"Vous voyez, le futur a été inventé dans les années 40 Monsieur!"
Il rit puis je reprends ma route.
Le moteur fonctionne bien mais a des coupures de temps en temps. Bizarre…j'avance comme ça.
Au Weldom de Megève, je m'arrête acheter une clef à bougie. La clef à molette que j'avais ne va pas pour démonter la bougie.
Fin de la partie la plus simple du parcours, j'arrive au pied du col des Saisies. Il est 9h45.



Col des Saisies – Beaufort 31km -850D+ 1050m D-
J'attaque la montée des du Col des Saisies, il est 9h45. Le Solex commence à monter en température et s'étouffe. Pris de peur que ce soit une amorce de serrage, je m'arrête immédiatement. Le cylindre/piston sont neufs et les segments sont ajustés à 0.15mm à la coupe. Je monte directement à 5% d'huile. Je repars et plus loin idem, coupure moteur.
J'analyse le moteur et me rends compte que ce n'est pas des amorces de serrage. Le moteur tourne librement même après les coupures.
Je penche pour une bougie qui se noie en bas régime. Contrôle de la bougie...RAS
La montée se poursuit ainsi, entre coupures moteur et petites pauses le temps que le moteur retombe en température.
Au milieu de la montée, par précaution, je prends la décision de changer les segments. Je monte des segments VSX coupe oblique qui ont un jeu fonctionnel plus important que ceux que j’avais monté au départ.
Opération réalisée en 30 minutes et je repars…avant une nouvelle coupure. Ce n’était donc pas ça.
Je ferai avec et j'arrive à midi au sommet des Saisies.
J'en ai profité pour coller un petit autocollant de mon aventure
Je m'arrête pas loin de 2h le temps de déjeuner, de récupérer mon carton à l'office du tourisme avec dedans un bidon de Marline et des barres de céréales pour m'alimenter.
Le soleil est bien haut, il fait chaud, très chaud.



Descente des Saisies – Beaufort : 16km 30mD+ 980D-
Descente vers Beaufort. Je contrôle les pneus, freins et je m'élance prudemment. Rapidement, le frein arrière monte en température. Donc je prends la décision de freiner majoritairement de l'avant et d'user les patins, j'en ai d'avance dans les sacoches. En toute confiance avec les pièces d'origines…le tambour arrière et les patins ont l'âge du Solex.
Dans la vallée, à l'ombre d'un bâtiment, sur le bord de la route, je m'arrête. Je monte une bougie plus froide et je réduis mon avance. Pour mieux faire refroidir le moteur, je démonte le capot de phare.
Je passe Beaufort et vois au loin le début de la montée vers le Cormet de Roselend.



Beaufort – Sommet Cormet de Roselend : 20.5km 1400D+ 170D- 14-18h
J'attaque la montée sous un soleil de plomb. Les coupures sont toujours là. Je me suis fait à l'idée qu'elles voyageront avec moi, que je vais devoir faire avec donc j'avance. Quand le moteur coupe, j'en profite pour souffler et m'hydrater. Le point positif, c'est que j'avance progressivement et ne me mets pas dans le rouge. Enfin, pas trop!
La montée est raide, mais le Solex tracte bien et j'arrive à grimper. Dès que le moteur semble couper, je ne force plus et je m'arrête tout de suite pour éviter que le moteur fonctionne sans huile, et aussi pour économiser mes forces!
A certains endroits, la pente devient trop raide, je suis obligé de pousser le Solex…l'effort est difficile, mais je n'ai pas le choix. J’'avance doucement. Je me dis que chaque mètre fait n'est plus à faire.
Il y a beaucoup de monde sur la route, je dois être extrêmement vigilant.
La première victoire est obtenue quand je vois le lac de Roselend ! Un magnifique lac de montagne, bleu vif. Je m'arrête dans le premier restaurant pour remettre de l'eau dans mon sac et prendre un Coca-Cola afin de me resucrer.
C'est bientôt la fin de l'ascension, alors je reprends mon fidèle Solex pour finir ce second col, et pas des moindre !
Une photo au sommet et je vais plonger dans la descente direction Bourg-Saint-Maurice.



Sommet Cormet de Roselend – Bourg-Saint Maurice : 20km 90mD+ 1230m D-
Le soleil commence à baisser, je prends rapidement la direction Bourg-Saint-Maurice. Dans la descente, je me rends compte que l'arrière du Solex chasse de droite à gauche…étrange ! Je m'arrête et constate que les rayons ont bien souffert dans la montée avec le poid de mes sacoches et la force que je suis obligé de mettre sur les pédales.
Étonné de constater que les rayons soient desserrés, je prends ma clef à molette ( je n'ai que ça ) et je ressers les rayons un par un.
Une fois fini, je pars direction la fin de la descente et Bourg-Saint-Maurice.
Je pense m'arrêter dormir ici. Pas de marchand de vélo ouvert pour réviser ma roue arrière. Plus rapidement que prévu, j'arrive au pied du Petit Saint-Bernard après avoir traversé la ville.



Col du Petit-Saint Bernard - 30km 1450D+ 70D-
La fraîcheur de la soirée commence à arriver. Avant la montée je prends le temps d'appeler ma femme, mes parents et d’envoyer un mail à l’équipe Marline. Le soleil est bien tombé, la fraîcheur arrive enfin !
Pour tester, je change de gicleur variable. Le Solex réagit bien, donc je le laisse en place.
Et à mon plus grand étonnement…le Solex commence à montrer des signes de second souffle, de vivacité comme il avait aux essais.
Le moteur devient méconnaissable ! Il ne coupe plus et tracte vraiment bien! Comme je l'avais voulu ! Alléluia ! Enfin ! L'espoir laissé au départ revient instantanément.
Le moteur prend ses tours et grimpe le Col du Petit-Saint-Bernard sans problème et sans montrer de signe de faiblesse. Je suis stupéfait!
Il a besoin d'un coup de pédales de temps en temps, mais ça n'a rien à voir avec le reste de la journée. A ce moment, je comprends que c'est bien la chaleur qui est à l'origine de mes coupures et que c'était des vapor-lock ! Au fur et à mesure de la journée, j'en étais arrivé à cette conclusion, mais après avoir grimpé ce col d'une traite, ça s'est confirmé !
Une fois au sommet, il est minuit
J'appelle rapidement mes proches pour les avertir. Je ne vais pas m'arrêter pour dormir. En effet, le gros morceau du parcours est encore devant moi : Le Grand Saint Bernard.
Il est inenvisageable de le faire avec un moteur qui a des problèmes, donc il faudra le passer AVANT le lever du jour! Une course contre la montre s'engage ! Il faut impérativement que je passe la vallée d'Aoste dans la nuit!



Sommet du Petit Saint Bernard-Col de San Carlo (Italie) : 17km 500m D+ 750m D-
Au sommet du Petit Saint Bernard je pose mes roues en Italie. Il est minuit, il y a encore de la neige par endroits à l'ombre…la température n'est pas bien haute.
Rapidement, j'enfile mon pantalon, une polaire, un coupe-vent et une paire de gants. Je m'assure que mes lumières soient bien allumées et c'est parti !
La descente commence, prudence à 100%, je me fais doubler par deux voitures….puis je suis tout seul sur ces pentes. C'est le pied total, j'étais venu pour ça alors c'est profite à fond du moment !
Une fois à La Thuile, je me dirige vers le bar pour récupérer mon second colis de ravitaillement…qui est fermé depuis 21h !
Dommage, mais il me reste suffisamment de Marline donc je ne perds pas trop de temps et me dirige vers le Col de San Carlo qui est un vrai pétard ! Ma seule inquiétude vient du fait que je vais devoir me limiter sur mes barres/gels énergétiques.
Le % d'inclinaison de la route est trop fort, alors je pousse le solex.
Manque de lucidité, j'ai laissé ma polaire sur le dos, j'arrive au sommet en sueur, les affaires trempées et la descente vers la vallée d'Aoste va me transformer en glaçon…



Sommet San Carlo – vallée d'Aoste 38km 260D+ 1570D-
La descente du Col de San Carlo est magnifique. Pour me réchauffer, je mets mes mains sur le cylindre avec mes gants pour capter un peu de chaleur. Je vais finir avec les deux pieds sur le marche pied, les genoux collés derrière le moteur.
Le moteur fonctionne toujours très bien, le galet de 36mm fait prendre pas mal de tours au moteur mais l'ensemble ne vibre pas et accélère sans forcer.
Il est 2h du matin, je fais un arrêt rapide dans un bar pour demander de l'eau et je repars direction le col du Grand Saint Bernard. Étrangement, pour l'avoir franchi en voiture une semaine plus tôt, il ne me fait pas si peur que ça.
Il est 3h du matin, j'arrive au pied du Col. Le coup de froid pris après le sommet du col de San Carlo m'a fait puiser dans mes réserves et un gros coup de fatigue m'abat.
Je remonte une bougie chaude en prévision de la montée puis je mets le Solex sur le côté de la route dans une petite ruelle. Je m’allonge à côté pour faire 40 minutes de sieste. Le réveil mis à 4h n’a pas le temps de sonner, je suis réveillé avant, l'adrénaline me pousse à avancer.



Col du Grand-Saint-Bernard 34km 1800mD+
Il est 4h, tout le monde dort autour de moi. Je pousse le Solex, et sur un mètre il démarre. Mon feu avant LED éclaire la route. Sans trop de bruit, je commence la montée en direction de la Suisse.
Comme depuis la tombée de la nuit, le moteur fonctionne super bien. J’en suis heureux, vu le nombre d'heures que j'ai passé à le préparer le soir après le travail. C'est une belle récompense!
Quelques coups de pédales de temps en temps pour l'aider à reprendre des tours. La première partie du col est une pente d'un bon pourcentage avant un replat puis la dernière partie est plus inclinée. Le jour se lève doucement, je fais des pauses le bord de la route pour admirer le paysage, écouter les oiseaux chanter. Je prends toutes les ondes positives, c'est un régal!
Dans la dernière partie, le moteur à plus de mal. Alors je lève légèrement le moteur pour l'aider à prendre plus de tours, les mollets chauffent en appuyant fort sur les pédales.
Les 500 derniers mètres de D+ se font dans la difficulté et j'alterne entre pousser le solex et l'aider à la pédale.
Il est 7h quand je passe devant l'auberge au sommet, à 2470 m d'altitude.



Descente du Grand-Saint Bernard – Orsières : 25.5km 1570D- Suisse
Me voilà en Suisse, le dernier pays à traverser avant le retour en France.
La descente se passe très bien, j'enchaine les virages, je passe sous des tunnels…c'est magnifique.
Le jour commence à se lever et une brume s'installe sur les pentes des montagnes.
Toute la descente se passe bien, les travailleurs commencent à se mettre en route. Le trafic se densifie.
A Orsières je récupère enfin un second carton de ravitaillement. En effet, j’ai dû aussi sauter celui d’Aoste. Il est 8h30 et le soleil tape déjà bien fort. J'en profite pour m'hydrater avec des boissons isotoniques, je prends quelques gels énergétiques. Je passe trente minutes à l'ombre. Ça me donne un bon coup de boost pour la suite.
Je me dirige ensuite vers Champex-Lac.



Orsières – Champex-Lac : 11.5km 600D+ 40D-
Ça y est, la température est bien remontée. Les coupures moteur reviennent. Donc je passe de nouveau en version « cool » et je profite des pauses pour “souffler”.
La montée se passe bien, quelques coupures mais j'arrive au lac de Champex à 10h00.
Lieu magnifique ou je remplie mon camelbak avec de l'eau d'une fontaine…petit moment de kiff quand je mets le sac sur mon dos avec la poche à eau glaciale. La fatigue commence à être bien présente.
Je n'ai dormi que 40 minutes et cela fait déjà 30 heures que je suis sur ce solex à me donner à fond.
Alors, chaque petit détail de « plaisir », de bon moment me rebooste et j'en profite au maximum !



Champex-Lac – Sommet du Col de la Forclaz : 26.5km 1100m D+ 970m D-
La sortie de Champex se fait sans soucis et j'attaque la descente de presque 1000m de dénivelé négatif. Fidèle à leur habitude, la campagne Suisse est nickel, tirée à quatre épingles.
Pas de précipitation, je vais doucement dans les descentes. Ça n'est pas le moment de me mettre dans le fossé.
Repéré une semaine avant, je sais que le col de la Forclaz sera compliqué. Alors je profite de la descente, prêt à souffrir dans quelques instants…
Il est 11h, le soleil tape bien.
J'arrive dans le bas du col de la Forclaz et là, comme je me souvenais…je prends un mur dans les dents !
Le moteur, sous cette chaleur accablante, n'arrive même pas à me tirer dans la montée.
Alors, le chemin de croix commence…je descends de mon fidèle destrier. Je le pousse, moteur au ralenti et c'est long…très long ! Les virages passent, je pousse, encore et toujours.
Arrivé à un moment, le Solex dit stop aux bas régimes et se noie…enfin, c’est ce que je crois sur le moment! Je n'arrive plus à le démarrer. Je le pousse moteur éteint, une punition ! Mais c'est le seul moyen d'avancer alors, doucement, je le pousse.
Je regarde la cartographie une fois, deux fois, trois fois….MAIS PUTAIN JE FAIS DU SURPLACE !!!!
Psychologiquement c'est difficile ! Je m'étais préparé à souffrir, mais là, c'est interminable !
Je continue à pousser, je passe du côté droit de la route au côté gauche, à la recherche du moindre cm2 d'ombre. Sur la carte, je suis bientôt arrivé. Plus qu'un virage et c'est bon !
Alléluia !! Je l'ai fait !
Un petit coin de parking est là, en haut de la côte! Je vais m'y installer pour démonter la bougie et vider le bas moteur.
Je démonte la bougie, vis de purge de bas moteur je pousse le Solex avec ce qui me reste de force, je remonte tout. Je pousse et….rien ! Le moteur ne veut pas démarrer !
Puis, entre deux vertiges, j'ouvre le réservoir…vide.
Grand moment de solitude sous le soleil! Un fond d'essence et ça repart comme en quarante !
Je saute sur le Solex content d'en avoir fini avec ce col avant de tomber sur un panneau……”sommet du col de la Forclaz 6km” !!
C'est une claque monumentale que je prends ! Je venais de faire moins de la moitié du col ! A ce moment, j'ai crié de rage toute la force qui me restait.
Dans ma tête j'ai eu envie d'arrêter la première camionnette qui passait par là pour monter dedans et en finir avec cette histoire ! Mais, au même moment, l'inverse me venait en tête «tu n'auras qu'une chance de faire ça et de le finir. Prends ton mal en patience, tu vas y arriver. Tu savais que tu allais souffrir en venant ici, tu es servi maintenant »
Il me restait donc 6 panneaux kilométriques à passer avant de franchir le col.
Il faut savoir qu'à Orsières, j'ai repris un bidon de 5L de Marline. Je suis donc en train de porter un 8L d'essence…pour rien puisque l'arrivée est dans moins de 60km.
Mais à ce moment, je ne l'ai pas encore compris. Je pousse le Solex et quand les côtes le permettent, je remonte sur le Solex.
1 panneau, 2, 3 panneaux. C'est une débauche d'énergie, je sens que je me vide de toute force. Le simple fait de pousser le Solex en courant à côté pour le démarrer est une punition.
Je passe le 4ème panneau, à bout de force, et je me résous à laisser sur le bord de la route le bidon de 5 litres fixé sur mon porte bagage.
Il n'y a pas à dire, 5kg, c'est énorme! Dernier panneau, dernier kilomètre, le Solex monte la côte et me tire jusqu'au panneau du sommet du col de la Forclaz!
Libération! Je suis vidé par ce col que je savais difficile mais jamais je n'imaginais y passer autant de temps et de force!
Il est 13h, j'aurai passé plus de 2h dans le col et sous ce soleil de plomb.

La fontaine du sommet du col a été à deux doigts de se transformer en piscine! Je me suis limité à mettre la tête sous le robinet pour me refroidir.
Le temps de remplir mon camelback et je pars rapidement. Je n'ai plus la force de rester là, je préfère partir rapidement pour aller à Chamonix.



Sommet du Col de la Forclaz-Col des Montets : 17km 390m D+ 440D-
C'est complètement vidé que j'entame la descente du col de la Forclaz sous ce soleil. Je reste concentré, il y a un dernier col avant de pouvoir mettre le cap vers Chamonix.
Surpris par la difficulté du col de la Forclaz, je reste dans l'optique "je vais souffrir" donc je profite de la descente pour souffler et m'hydrater au mieux.
A la première côte, je ne veux pas m'avouer commencer la dernière ascension donc je pédale et grimpe.
Idem pour la suivante. Je ne suis pas prêt à me dire que je commence un nouveau calvaire. Je vis une forme de déni envers le col des Montets.
A tel point, que les côtes s'enchainent  et je finis par passer devant un panneau "sommet du col des Montets"!
Quelle surprise de voir que j'avais grimpé le dernier col sans vraiment m'en rendre compte! Sans vouloir accepter d'être dans un nouvel effort, j'avais fini par y arriver!
Dans ces conditions, en sachant que l'arrivée est maintenant plus très loin, j'ai mis les gazs vers Chamonix!



Sommet du col des Montets-Chamonix : 12.5km 50mD+ 450mD-
Une petite panne d'essence me fait réaliser que j'aurai pu faire le plein avant de laisser le bidon sur le bord de la route. Mais la fatigue est telle que je n’y ai pas pensé.
Il me reste les 2.5l de ma nourrice qui auront donc fait 315km sans jamais servir. Il était peut-être temps de l’entamer! Un fond d'essence dans le réservoir et je repars.
Je reprends la route pour finir la boucle! Je me répète sans cesse "reste concentré, tu es fatigué, l'arrivée est encore loin, tout peut encore arriver"
A peine le temps de finir de me dire ça que je manque de tomber! Une pierre était sur le bord de la route, je ne l'avais pas vue.
Un bel écart, rien de plus grave. Je me répète encore la même phrase "reste concentré…"
La suite de la route se passe sans problème. La frontière Suisse est passée, me revoilà en France!
Fini le mode avion, je repasse en 4G et reprends contact avec mes proches. Depuis 7h c'était le silence radio. J'avais sous-estimé le temps que je passerai sur cette portion de route, l'inquiétude était présente de leur côté.
Je commence à compter dans ma tête depuis combien de temps je suis parti. Mais la fatigue est trop grande, je n'arriverai pas!
Et ça y est, je passe le panneau Chamonix puis je reviens sur la place du Triangle de l'amitié! La boucle est bouclée! Il est 14h30, j'aurai donc mis 34h30 pour réaliser cette boucle de l'extrême.
350km
10000mD+
France-Italie-Suisse

Je suis complètement vidé.

Un mélange de joie énorme, l'envie de crier mais…je suis tout seul. Je garde donc ma joie sur mon sourire! Je tombe de fatigue à l'ombre d'un arbre.
Je reste là 30 minutes à comater avant de me diriger vers une terrasse pour engloutir une bière bien fraîche et une planche de charcuterie.

Je vais finir par aller accrocher mon Solex sur mon porte vélo derrière la voiture, allumer le moteur, mettre la clim et tomber de fatigue sur les sièges arrière. Je dormirai une heure comme ça avant de reprendre la route.
Passage par le Col de la Forclaz pour récupérer le bidon caché au pied d'un arbre et je reprends la route dans le bon sens.
Oui un Solex, presque d'origine, peut faire un tel parcours. C'est extrême mais à aucun moment il n'a défailli. Je suis sacrément impressionné par la robustesse de ce moteur.
Sur la route du retour vers Lyon, l'envie d'y retourner était déjà présente.
Parce que, maintenant que j'ai la réponse que c'est faisable, il serait possible de gagner du temps et de passer sous les 30h. Putain l'histoire n'a pas l'aire d'être terminée!

Avatar de l’utilisateur
kintax
Drogué de mécanique
Messages : 2966
Inscription : 16 oct. 2010 08:09
Prenom : David
Sexe : Homme
Voiture : 4L
Utilisation : Au quotidien
Ville : Val Thorens
Departement : 73 - Savoie
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Non

Re: Un rapeur de pneus!

Message par kintax » 10 sept. 2022 09:13

Je viens de lire ton récit !
Ça force l'admiration, tant par l'exploit que par la qualité de ta plume.

Moi qui pensait que faire Val-Thorens => Nancy en solex était dur, je pourrais pas me lancer dans ton périple.

Félicitation à toi ! :super: (et merci à ta femme de t'avoir laissé 4j pour toi :mdr1: )
La 4L ne perd pas d'huile, elle marque son territoire :frime:
Image
Titinoscope : viewtopic.php?f=22&t=2797" onclick="window.open(this.href);return false;

Avatar de l’utilisateur
tataveteam
Modérateur d'ambiance
Messages : 14173
Inscription : 31 mai 2009 09:16
Prenom : nicolas
Sexe : Homme
Voiture : Renault 4L - UMM Alter
Utilisation : Au quotidien
Ville : vandoeuvre les nancy
Departement : 54 - Meurthe-et-Moselle
Region : Lorraine
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui
Localisation : nancy

Re: Un rapeur de pneus!

Message par tataveteam » 10 sept. 2022 10:19

Super récit, d'une aventure peu banale ! :amen:
Moi qui pensait que faire Val-Thorens => Nancy en solex était dur, je pourrais pas me lancer dans ton périple.

(Ça m'a effectivement fait penser à ton périple ;)
"Aller où les autres ne vont jamais est un luxe suprême" (Oscar Wilde)

Avatar de l’utilisateur
takata6
Staff Poussières de Pistes
Messages : 7086
Inscription : 29 déc. 2008 11:14
Prenom : Nico
Sexe : Homme
Voiture : R4F4
Utilisation : Autres Raids
Ville : Bruxelles
Departement : Autres - Etranger
Region : Autre - Etranger
Pays : Belgique
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par takata6 » 12 sept. 2022 09:43

Pouhaaaaa ! Félicitations Charles !

Je suis absolument fan de ta démarche et gout du défi :ghee:

Je regrette d'avoir pris connaissance de ton défi trop tard car j'étais sur Bourg/La Rosière à cette période, je serais bien venu beugler sur le bord de la route pour te donner du courage :gene:

J'ai un deuxième héro maintenant (le premier très sympa et que j'avais contacté à l'époque n'avait peur de rien non plus :hehe: http://africanmoped.free.fr/indexfr.html)

Bonne continuation !

Nico

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 24 sept. 2022 11:08

Merci pour vos retours. Ce défi était complètement fou et honnêtement, je ne pensais pas du tout y arriver.
Je viens de finir le montage vidéo de cette aventure

phpBB [video]

Avatar de l’utilisateur
kintax
Drogué de mécanique
Messages : 2966
Inscription : 16 oct. 2010 08:09
Prenom : David
Sexe : Homme
Voiture : 4L
Utilisation : Au quotidien
Ville : Val Thorens
Departement : 73 - Savoie
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Non

Re: Un rapeur de pneus!

Message par kintax » 24 sept. 2022 17:49

34h => 40 min de sieste :mdr1:

ça a dû être éprouvant ! Super vidéo
La 4L ne perd pas d'huile, elle marque son territoire :frime:
Image
Titinoscope : viewtopic.php?f=22&t=2797" onclick="window.open(this.href);return false;

Avatar de l’utilisateur
lo34
Fou de mécanique
Messages : 579
Inscription : 07 mars 2013 23:49
Prenom : laurent
Sexe : Homme
Voiture : R6 rodéo
Utilisation : Restauration
Ville : pouzols
Departement : 34 - Hérault
Region : Languedoc-Roussillon
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par lo34 » 25 sept. 2022 13:16

Chapeau l'artiste ! beau défi et vidéo magnifique !!! respect Monsieur ! :amen: :super:

Avatar de l’utilisateur
DELAROUILLE
Ordre des vieux sages
Messages : 5289
Inscription : 24 janv. 2009 21:25
Prenom : jean michel
Nom : chouzenoux
Sexe : Homme
Voiture : 4F4
Utilisation : 4L Trophy
Ville : OBJAT
Departement : 19 - Corrèze
Region : Limousin
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par DELAROUILLE » 26 sept. 2022 18:51

IMPRESSIONANT !!! alors là je dit bravo , l'épisode de poussage du Solex m'a exténué rien que de le lire :aille:

Respect , très belle aventure , il fallait oser :super: :super: :super:
La vidéo du Raid : http://vimeo.com/11261572" onclick="window.open(this.href);return false;
je préfère l'odeur de l'huile de boite au N°5 de Chanel ...

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 26 sept. 2022 21:06

kintax a écrit :
24 sept. 2022 17:49
34h => 40 min de sieste :mdr1:

ça a dû être éprouvant ! Super vidéo
Et 40 minutes...allongé par terre, sur un trottoir à coté du Solex dans une petite ruelle :hehe:
Jamais je pensais faire ça :mdr3:

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 26 sept. 2022 21:10

DELAROUILLE a écrit :
26 sept. 2022 18:51
IMPRESSIONANT !!! alors là je dit bravo , l'épisode de poussage du Solex m'a exténué rien que de le lire :aille:

Respect , très belle aventure , il fallait oser :super: :super: :super:
C'est vrai, il fallait oser. Surtout sans assurance rapatriement :ghee:
Donc si je fracassais le moteur, je n'avais que mes deux mains et ma tête pour revenir au point de départ :cote:

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 26 sept. 2022 21:10

lo34 a écrit :
25 sept. 2022 13:16
Chapeau l'artiste ! beau défi et vidéo magnifique !!! respect Monsieur ! :amen: :super:
Merci beaucoup :gene3:

Avatar de l’utilisateur
takata6
Staff Poussières de Pistes
Messages : 7086
Inscription : 29 déc. 2008 11:14
Prenom : Nico
Sexe : Homme
Voiture : R4F4
Utilisation : Autres Raids
Ville : Bruxelles
Departement : Autres - Etranger
Region : Autre - Etranger
Pays : Belgique
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par takata6 » 28 sept. 2022 17:19

Faut en faire une course officielle ! :ghee:

Avatar de l’utilisateur
solylex
Fou de mécanique
Messages : 972
Inscription : 28 sept. 2010 23:32
Prenom : Charles
Sexe : Homme
Voiture : R4
Parrain présent sur le forum : Martin62170
Utilisation : Restauration
Ville : Lyon
Departement : 69 - Rhône
Region : Rhone-Alpes
Pays : France
Abonnement Newsletter : Oui

Re: Un rapeur de pneus!

Message par solylex » 28 sept. 2022 17:26

takata6 a écrit :
28 sept. 2022 17:19
Faut en faire une course officielle ! :ghee:
C'est clairement l'idée! :mrgreen:

Répondre

Revenir à « Préparation Raids »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités